Thursday, November 23, 2006

Mercenaires, Mercenaires (Une des Lettres Fersanes n°72 - mars 2007)

Je ne suis pas homme à cracher sur les mercenaires, ces jeunes hommes qui ont choisi d’aller se faire trouer la peau pour un pays qui n’est pas le leur. Parfois, on n’a pas vraiment le choix. Il y a plusieurs types de mercenaires. D’abord, le volontaire, celui qui décide de soutenir une cause qui lui est chère, comme Stéphane Zanettacci mort dans les rangs des Phalanges au Liban ou nos camarades partis armes au poing défendre l’Espagne libre, la Croatie libre ou le pays Karen libre. Ensuite, le baroudeur, « l’affreux », celui de la chanson de Serge Reggiani, amateur de prime et de castagne, qui fit la gloire du Katanga, du Biafra ou du Kivu. Enfin, le mercenaire par obligation, comme le Suisse d’antan qui allait gagner sa vie (et souvent la perdre…) sur les champs de bataille de l’Europe entière parce que son pauvre (les temps ont bien changé…) pays ne pouvait le nourrir ou comme ceux qui sont « enrôlés de force », citoyens d’un pays qui n’est pas le leur : Polonais de 1815 à 1918, Slovaques de 1919 à 1939 et de 1945 à 1990, Baltes de 1945 à 1991… Désormais, il y a une autre catégorie de mercenaire, le « mercenaire par obligation de manger ». Tradilandais dans l’armée française ou Français servant dans des compagnies de sécurité envoyé en zone de guerre pour le compte des multinationales. Le prix du danger. Stéphane Chaton aimait la France, comme le prouve son CV : ancien militant du FNJ dans la région aixoise de 1990 à 1992, il avait été chargé de la formation des policiers municipaux par la mairie de Vitrolles quand celle-ci avait été dirigée par le FN puis le MNR. Il aimait la France mais la France ne l’aimait pas. Alors, il décida pour gagner sa vie la voie du mercenariat. Une société de convoyage d’hydrocarbures travaillant pour le gouvernement irakien de collaboration avec l’occupant américain ayant besoin de chair à canon pour protéger ses installations le recruta. Loin de sa terre natale, pour le compte d’une cause qui n’était pas la sienne, qui lui était même hostile, Stéphane Chaton a sauté sur une mine et a perdu les deux jambes. On peut dire qu’il a été sacrifié au capital, il a même été mutilé ! En 1914, pendant que les bons républicains planquaient leurs jeunes élites à l’arrière, l’Action Française perdait au feu 90 % des siens. Aucun parti n’a subi une telle saignée. Et pourquoi sont-ils morts ? Pour le compte de ce contre quoi ils combattaient. Le vrai patriotisme, c’est parfois de prendre les armes ou de les retourner contre ceux qui ont usurpé le pouvoir dans le pays qui vous a vu naître ou qui prétendent parler en son nom : Vendéens en 1792, partisans de la Révolution Nationale en 1940. 1919, une femme vêtue de noir pleure dans son salon sous le crucifix, un exemplaire de l’Action Française posé sur la table. Elle pleure son mari, officier radié en 1905 pour catholicisme et mort comme simple soldat en 1914 et son fils aîné mort en 1918. Elle regarde par la fenêtre le député radical gras à lard, enrichi par les profits de guerre…1962, sur un bateau qui part sans espoir de retour, une femme pleure son père et son oncle tombés à Monte Cassino pour « délivrer » une métropole qui, pour toute récompense du sacrifice immense consenti par les Français d’Algérie, les livra au couteau des égorgeurs. 2006, une jeune mariée tradilandaise pleure en attendant des nouvelles de son mari, envoyé au Liban servir les intérêts de ceux qui la discriminent. Pour ne plus jamais revoir de pareilles scènes : une seule solution. Ne plus jamais êtres mercenaires mais soldats. Soldats pour la défense de notre vraie patrie et de nos vraies valeurs. Soldat dans l’armée tradilandaise. Tradiland, par toi, pour toi ! La Gueuse ne veut pas de nous dans ses assemblées, dans ses universités, dans ses administrations, dans ses bibliothèques ? Elle ne nous aura pas dans ses charniers…

16 Comments:

Anonymous Marco Pontabry said...

Merci pour ces mots. J'ai appris aujourd'hui ce qui est arrivé à Stephane. Assurement l'un des plus valeureux dans le sud. Tous ceux qui ont déjà réellement milité comprennent ses engagements. Qu'il soit toujours en vie est une chance pour nous tous. L'avenir nous appartient.

12:31 PM  
Anonymous Anonymous said...

Vos informations sont fortement erronnées quand à la mission de Stéphane : il n'était pas mercenaire comme les Salafistes qui passent leur temps à tuer des civil mais formait des garde de sécurité pour protéger ces mêmes civils et ceux qui venaient d'ailleurs pour reconstruire l'irak.
Si vous leviez un peu le nez de votre nombril vous verriez que c'est sur les théatres extérieurs qu'il faut défendre la France, contre la gangrène islamiste. Stéphane ne battait pas pour l'honneur, on ne se bat que pour avoir ce qui manque, et son salaire ne correspondait pas aux riques encourus pour protégéer et non agresser les Irakiens.
Arminius

1:57 PM  
Blogger Enzo said...

la "gangrène" islamisme n'est forte que parce que la lèpre talmudique a affaibli nos pays. Anéantissons la seconde et la première ne sera plus rien...

2:04 AM  
Anonymous Anonymous said...

La clef des champs, 1998, serie TV anti- franquiste, avec Serge Reggiani.......

2:24 AM  
Blogger Enzo said...

Donc forcément mauvais...

Quand je parlais de Reggiani, je faisais allusion à sa chanson "les Affreux" qui parlait de ceux du Katanga.

2:13 PM  
Blogger Enzo said...

Donc forcément mauvais...

Quand je parlais de Reggiani, je faisais allusion à sa chanson "les Affreux" qui parlait de ceux du Katanga.

2:13 PM  
Blogger Enzo said...

de Jean-Pax Méfret est largement meilleure...

2:13 PM  
Anonymous thierry said...

Pourquoi citer le nom de stephane dans votre blog?le connaissez vous?lui avait vous demandé son accord?

1:05 PM  
Blogger Enzo said...

A partir du moment ou une dépêche de presse donne ces informations, elles sont publiques... Cela ne vous convient pas mais c'est comme cela.

J'ai reçu une dépêche d'agence relatant les faits, il m'est paru opportun de les commenter en journaliste que je suis.

12:01 AM  
Anonymous Anonymous said...

Apparement le nom de Stéphane Chaton évoque des réactions http://www.voxnr.com/cc/dep_interieur/
EEyuuVElulUiRZZoRn.shtml). Pourquoi avoir cité cette personne, qui serait dans un hopital emputé de ses deux jambes? Je ne pense pas que cela soit très respectueux envers lui-meme, sa famille et ses amis. Qu' a t il de si particulier pour que plusieurs sites donnent son nom et se réjouissent de son malheur? Cela est vraiment très déplacé.

11:47 AM  
Blogger Enzo said...

Bon, visiblement certains n'ont toujours pas compris. Je répète une fois pour toute :

1 - Vox NR s'est réjouit de ce drame, de même qu'un des sites altermedia. Nous jugeons immonde cette attitude

2 - Nous DEPLORONS qu'un garçon qui a milité dans les rangs du FN ait perdu ses jambes loin d'une patrie qui l'avait plus ou moins rejeté.

3 - Je ne blâme pas la profession qu'il a choisi. Je sais que lorsqu'il faut manger, on ne choisit pas son employeur. Mais j'ai le droit de trouver atroce que l'on perde ses jambes en travaillant pour ceux qui détruisent le propre pays que l'on a aimé. C'est une tragédie digne des catholiques qui, à Verdun en 1917, ont été se faire tuer pour le régime quiles haissait.

Chienne d'époque et chien de monde...

12:12 PM  
Anonymous Vincent said...

Je connaissais moi aussi Stéphane, étant un ancien d'Aix. L'un des meilleurs que j'ai connu...
Quelqu'un aurait-il son contact?
Merci d'avance
Vincent

1:08 PM  
Anonymous Anonymous said...

bonjour,

je connaissais également Stéphane et aimerai pouvoir le contacter.
si quelqu'un sait ou je peux le joindre;
Merci d'avance

Pierre Alain

8:15 AM  
Anonymous Nicolas said...

Bonjour,
je viens d'apprendre ce qui est arrivé à Steph.
Ses anciens camarades de Montpellier aimeraient reprendre contact et l'aider.
Les Jumeaux, si vous lisez ça, merci de faire passer l'info à l'un d'entre nous ou par ce blog.
Nicolas

5:56 AM  
Anonymous Anonymous said...

Ayant été un proche de Stéphane sur Aix, je suis désolé de voir l'utilisation qui est faite de l'info par certains de nos amis des rives de la Méditerranée.
Simplement s'il nous lit, qu'il reçoive nos amitiés aixoises.

Pascal

10:40 AM  
Anonymous Anonymous said...

Nous pensons toujours à Stephane Zanettacci, anciens de Sceaux, d'Assas, partis là-bas ou non, revenus changés à jamais ou blessés comme Georges.
Sale Juillet 1976!

5:27 AM  

Post a Comment

<< Home