Wednesday, September 27, 2006

Lettre ouverte à une jeune dinde (Editorial du Libre Arverne n°203 - 07/09/2006)

La dinde est un animal inoffensif, peureux et grégaire, dont la vocation première est d’être engraissée pour finir à la casserole. Obéissante, elle ne sort pas de son enclos et croit que le fermier veut son bien. Elle a peur de beaucoup de choses, notamment d’un animal mythique dont elle a beaucoup entendu parler mais dont elle n’a pas vu ne serait ce que l’ombre de l’oreille ou le bout de la queue : le loup. Pelage noir avec quelques reflets runiques argentés, monsieur Loup (Herr Wolf dans la langue de Goethe, SS-Standartenführer Wolfenstein dans celle de Goebbels) est censé hanter la forêt si on en croit le fermier. D’où l’enclos pour enfermer la dinde, la « mettre à l’abri » du loup selon la version officielle. La dinde tremble, n’a-t-elle pas connu le dindon qui a connu le chien qui a connu le fermier qui a dit que les loups avaient mangé 6 millions de dindes ? Il y’en a une que tout ceci fait bien rire (si tant est que les volailles rient), c’est l’oie blanche. Même si elle n’est que rarement sorti de son périmètre (c’est une convention morale prise entre les oies et le reste des volailles : elles ne sortent pas de celui-ci et les autres n’y rentrent pas. On ne parle pas aux oies et réciproquement), elle reçoit souvent la visite de ses cousines les oies sauvages qui ont baroudé dans le monde. Ma foi dit l’oie (ou plutôt mon foie, gras), comment les loups ont pu becqueter 6 millions de dindes quand le cheptel en zone lupienne n’était que de 4,4 millions et que 80 % des dindes élevées en sovkhozes ont été mises à l’abri dans les fermes d’au-delà des montagnes ? Les loups nous menacent ? Les seuls que j’ai vu étaient en trophée dans la ferme. Mes cousines me l’ont dit : plus de loup nulle part. Par contre, beaucoup de renards et même des fennecs. Nouveau, ces fennecs dans nos contrées… Et cet imbécile de fermier qui ne les chasse pas. « Là, là, un loup ! » glougloute la dinde. « Mais qu’elle est gourde », cacarde l’oie. « C’est le caniche des Hongrois d’à côté. Ce petit cabot prétentieux a regardé ailleurs quand l’autre belette est venu manger une de nos petites oiselles ». « Et là, là ! un gros loup borgne ! » « Et c’est moi que l’on accuse de bêtise… C’est Menhir, le vieux molosse des Bretons. Il n’a plus une dent et n’a jamais mordu que des fennecs… » A la narration de cette petite saynète bucolique, vous vous dites : « je connais cette dinde ». Et pour cause, on la rencontre partout. Celle qui m’a inspiré le paragraphe précédent est pour le moins caricaturale. Elle a établi son enclos ici (http://mctproduction.over-blog.com/) dans lequel elle disserte doctement avec d’autres dindes et dindons sur le « péril loup ». Le problème, c’est qu’elle confond loups et chiens de garde. Le jars que je suis prend donc sa plume (d’oie, bien sûr…) et se lance dans une « lettre ouverte à une jeune dinde ».

Louise est donc une pauvre fille un peu simplette, obsédée par le vaste complot qui menace sa petite vie de gauchiste laïcarde et sioniste. Dans ses délires, elle croit que Sarközy et Le Pen sont fascistes. Elle tremble de peur en imaginant des hordes de chemises brunes déferlant sur la France. Elle est persuadée que chaque jour, dans les banlieues, des hordes de skinheads violent des petites beurettes et massacrent juifs et musulmans. Comment aller contre le formatage de son enclos quand on n’a pas les armes pour ? Ses héros ? L’immonde Vidal-Naquet, pseudo historien, magouilleur pour avoir un titre de docteur sans passer de thèse, apologiste du meurtre d’opposant, collabo du parti raciste et socialiste FLN, admirateur déclaré du communisme. Le répugnant Guingouin, le boucher du Limousin, aux mains pleines de sang innocent (les « exploits » de ces individus ayant été analysés dans les numéros 160 et 198 de l’hebdomadaire, je n’y reviendrai pas). A première vue, elle serait enseignante, ce qui fais froid dans le dos et permet de mieux appréhender le pourquoi de l’inculture et de l’analphabétisme des petits Français (je ne dis pas « de nos enfants » car je pars du principe que je suis lu par une majorité de Tradilandais, donc de gens qui ne sont plus Français et ne scolarisent pas leurs enfants « en France »). En ce qui concerne le prétendu « fascisme » de cet ardant partisan du cosmopolitisme et du métissage qu’est Sarközy, je renvoie à l’éditorial du 143 qui démonte ce délire, mais également aux récents articles sur ses positions en faveur de l’immigration, de la régularisation des clandestins, de la discrimination positive et de son immense tendresse pour ses demi-frères sémites. Seuls des fous ou des malhonnêtes peuvent taxer de fascisme le libéral mondialiste qu’est le magyaro-helléno-israélien à papiers français.

Reste Le Pen… Le Pen n’est pas fasciste, et c’est bien le principal reproche que je lui fais. C’est un habile bretteur rhétorique, un amoureux de la provocation (et comment le lui en vouloir ?), mais indéfectiblement républicain et démocrate, nostalgique de la France de Jules Ferry, celle de la 3e République et du « trois couleurs, un empire ». Fasciste moi-même, je peux parfaitement expliquer comment le Front National aurait agi dans tel ou tel cas de figure si le parti avait vraiment cette idéologie. Prenons divers événements récents, souvent douloureux. De par sa constitution interne, le Front National est bien plus gaulliste que fasciste. Comme De Gaulle, Le Pen ne tolère qu’un entourage de godillots et un « bouffon du roi », Jean-Claude Martinez étant son Malraux. Comme De Gaulle, Le Pen pense que « l’intendance suivra » et que seules les campagnes présidentielles sont dignes de susciter la pleine mobilisation du parti. Comme De Gaulle, Le Pen est le tenant d’un parti d’union nationale certes mais sans le corps de doctrine cohérent qui serait l’attribut d’une formation fasciste.

Le Front National n’est pas organisé comme un parti fasciste : il n’a aucun appareil clandestin pour faire face à une éventuelle interdiction (jouant le jeu démocratique à fond, le FN ne croit pas à une éventuelle dissolution, méthode Coué quand tu nous tiens…) ; il n’est en rien révolutionnaire : volonté de jouer la carte électoraliste quoi qu’il en coûte, aucune politique de formation de cadres destinés à remplacer les postes ultérieurs à pouvoir (où sont les futurs préfets et sous préfets, les futurs juges, les futurs généraux, les futurs chefs d’administration, les futurs maires, les futurs recteurs d’université ? On ne pourra rien changer avec en place les collabos de l’ancien régime !), aucun impact dans la société ou de société de rechange (on a vu le désastre en 2002 : pas une seule personnalité de la moindre institution n’a soutenu le FN). Avec la manne de 6,25 millions d’euros annuelle versée par l’état, il n’a fait qu’employer des permanents comme n’importe quel parti ou administration. Mis à part les derniers mois de l’ère Mégret, pas de création de syndicats et autres réseaux dans la société, aucun soutien à la presse nationaliste, aucune mise en place d’une culture underground, bref, aucune société alternative comme en ont élaboré par exemple les contre-révolutionnaires qui ont tellement abouti leur gramscisme qu’ils constituent désormais un peuple à part entière, avec son histoire, sa culture, son système éducatif et son propre schéma de reproduction socioculturelle transgénérationelle avec l’écroulement du nombre de mariages mixtes avec des Français. Peuple qui peut et doit être la base du renouveau. Mais la preuve ultime, c’est l’absence totale de deux éléments constitutifs du fascisme : les sections d’assaut et les campagnes de représailles. En tout et pour tout, le FN a un service d’ordre, le DPS, qui fait ce qu’il peut, et le fait bien. Mais on ne peut pas demander à ces hommes et ces femmes, bénévoles, courageux, respectables même, de faire des tâches auxquelles on ne les a pas formé. Servir de nounous pour que la racaille de presse puisse venir cracher à la figure des militants sans subir un lynchage mérité, encadrer un meeting, assurer la sécurité des permanences, bref, des « armes défensives ». Mais voilà, les armes défensives ne sont pas offensives. D’ailleurs, on voit tout de suite les intentions d’un pays à la composition de son ordre de bataille. Staline s’est trouvé tout con en juin 1941 avec ses chars ultra-rapides, ses gros blindés surpuissants, ses dix corps parachutistes, ses armes offensives stockées sur la frontière, ses cuirassés lourds en construction face aux Allemands qui sont arrivés jusqu’aux portes de Moscou bénéficiant de l’absence totale d’obstacles défensifs (fortifications, champs de mines, ponts minés, absences de routes rapides….). Le Front National est constamment harcelé : permanences incendiées, domiciles personnels des militants ou élus saccagés, membres assassinés, meetings attaqués, harcèlement dans le cadre du travail ou universitaire, pressions sur les maires signataires de parrainages, « traitement de faveur » dont ne bénéficie ni le PCF, ni la LCR. Et pour cause. Le FN est attaqué parce que ses ennemis sont certains de leur impunité : aucune représailles même quand les agresseurs sont identifiés, mollesse de la police dans le déroulement des enquêtes, clémence de la justice inversement proportionnelle à sa sévérité contre le FN. Ce dernier est une proie facile car il ne riposte pas. Et il ne riposte pas car il n’est pas fasciste.

Imaginons maintenant que le FN soit vraiment un parti fasciste organisé comme tel… Quand un mec de la LCR poignarde à plusieurs reprise une permanente et une élue FN à Mantes, je pense que le responsable local du parti gauchiste aurait passé un sale quart d’heure… Au lieu de cela : nada : je ne sais même pas si le coupable a été arrêté et si la flicaille s’est donnée la peine d’aller le trouver. Si le FN avait été fasciste, quand notre camarade Paul-Emmanuel Thore a été persécuté au-delà de l’admissible par un juge rouge, ce dernier aurait rendu compte aux « chemises bleues », à l’huile de ricin dans le moins pire des cas… Au lieu de cela : nada. Si le FN avait été fasciste, les bêtes fauves du clan Bodein auraient cramé vives dans leur taudis, et leurs complices en toge et en blouse blanche auraient tâté de la corde à piano.. Au lieu de cela : nada. Si le FN avait été fasciste, la petite ordure de presse qui tabasse un vieillard de plus de 80 ans, le rendant invalide à 85 % aurait vite compris que la jeunesse fasciste manie aussi bien la crosse de hockey que Goldie Goldthorpe. Au lieu de cela nada.. Si le FN avait été fasciste, à chaque agression d’un meeting du parti, les réunions suivantes des gauchistes auraient subi un sort similaire. Au lieu de cela, nada. Je connais un camarade qui à tout paumé pour ses idées : son appartement incendié, son commerce saccagé. Il demande aux autorités une protections. Celles-ci l’envoient se faire voir. Un jour, il a le malheur de garer sa voiture alors que des ivrognes de la CGT traînait dans les parages. Il n’était pas armé. Normal, il était FN, pas fasciste. Il s’est fait casser la gueule. Courageux les poivrots : à une demi-douzaine contre un gars qui a le gabarit de Mégret ! Bon, les cassages de gueule, c’est comme les cours de maths : ça se finit toujours. Seulement, à gauche de la gauche, ce sont non seulement des lâches mais également de fieffés salopards. Très doués pour massacrer des miliciens pas encore armés, tirer dans le dos des officiers allemands, mutiler à mort des prisonniers de guerre, tondre des femmes quand ce n’est pas leur couper les seins ou les faire violer par des chiens… Mais bien moins courageux devant un ennemi normalement équipé… Le camarade était avec sa femme, enceinte. Celle-ci, frappée, eut un réflexe naturel de défense et cria : « ne me frappez pas, je suis enceinte ! ». Pendant que deux soudards la maintenaient, une poissarde lui donna de grands coups de pieds dans le ventre en éructant : « on va le faire crever le petit facho ». Rien de moins étonnant de la part d’une partisan de l’avortement… Bref, elle perdit son bébé ; qu’elle avait eu tant de mal à avoir. Pire, le médecin lui apprit que les coups l’avaient rendu stérile. Cela fait bientôt 10 ans qu’elle est enfermée dans un asile, devenue folle de douleur. Bien entendu, la police ne se donna même pas la peine d’arrêter la coupable et ses camarades, ordre du Préfet en personne. Si le FN avait été fasciste, ils auraient été retrouvé et lourdement châtié, même si pour cela il aurait fallu torturer toute la bande pour qu’ils donnent les noms… Quant au préfet, il serait devenu aussi célèbre que son collègue Erignac. Au lieu de cela, nada.

Alors, pour toute ces raisons, quand tu en as marre de pleurer, pleurer encore, quand tu comprends que de toute façon, l’égalité des droits ce n’est pas pour toi, tu réagis. Tu te dis : de toute façon, que je sois agressif ou pas, je suis quand même traité de fasciste. Alors autant l’être vraiment, comme ça, au moins, tu y gagneras la première forme de respect : la crainte. De plus, quand tu subiras la répression, au moins tu n’auras pas à hurler à l’injustice… mais bizarrement, le juge sera sûrement plus clément. Et quand tu es devenu fasciste, tu es logique avec toi-même. Tu rends ta carte du FN, tu déchires ta carte d’électeur et tu médites cette phrase : « A l’abattoir, mieux vaut être le boucher que le mouton ». Il y a deux catégories de personnes qui accusent le FN de fascisme : les dindes et les chacals. Vous êtes, chère Louise, dans la première. Vous avez peur, qu’y puis-je ? Vous avez sans doute une trop jolie petite bouille pour que je m’en serve à vérifier si je frappe aussi fort à la batte que Pedro Cerrano. Le code de l’honneur rexiste interdit de s’en prendre aux non-combattants, je ne suis pas un Yankee moi. D’ailleurs, je supporte Cleveland, pas New York. Mais non loin des dindes se promènent les chacals. Ceux qui, devant la tombe d’une fillette, les hurlements de douleur d’une future mère qui ne le sera jamais, ricane : « vous l’avez cherché ». A ce chacal, il se reconnaîtra, je chante simplement ceci : « Les chacals craignent pour leur peau, car l’heure des comptes viendra bientôt »

33 Comments:

Blogger MSR said...

Excellent texte ; très stimulant. J'espère que la dindelette Louise lira ça, même si il n'y a probablement rien à sauver.

Je me demande comment j'ai pu passer à côté de ton oeuvre pendant tant d'année ?


[Par contre il doit y a avoir un petit oubli dans la phrase :
"Alors, pour toute ces raisons, quand tu en marre de pleurer"
Il me semble qu'il manque le "tu en AS marre".]

11:11 AM  
Blogger Enzo said...

Oui, c'était la version non-corrigée. Je rectifie.

11:23 AM  
Anonymous Anonymous said...

Parfait,rien a redire!
Faut être catho pour être tradilandais?

1:14 PM  
Blogger Enzo said...

Pas obligé, du mome,nt qu'on n'est pas contre. Ce ne sera pas les mêmes lois, c'est tout.

1:46 PM  
Blogger MSR said...

Bon alors... c'est où qu'on demande un visa ?

4:30 AM  
Blogger Enzo said...

La nationalité Tradilandaise est accordée sur dossier. A première vue, pour toi, c'est bon.

Sinon, mon article a fait son petit effet : http://www.cetaitdemain.org/article-3986085.html

Le dindon en chef a fait une réponse si grotesque et caricaturale, exactement celle que j'attendais, il va y avoir un second édito, mais dans Les Lettres Fersanes, histoire de varier les plaisirs.

4:39 AM  
Blogger MSR said...

En tout cas ça nous fait une jolie étude comportementale sur le comportement grégaire des dindes !
Il semblerait que quelques dindons s'y mêlent ! Voilà où mène la dévirilisation !

10:53 AM  
Blogger MSR said...

Et pourquoi "à première vue" au fait ? Il faut fournir des garanties "généalogiques" ?

10:56 AM  
Blogger Enzo said...

Je dis "à première vue"parce que je ne te connais pas personnellement. Mais je ne vois pas de raisons objectives de ne pas devenir Tradilandais...

11:33 AM  
Anonymous Anonymous said...

Bonjour Enzo.
Losrque je t'ai croisé, dimanche, j'ai compris ton problème. Pauvre homme. Je te plains et je comprends ta haine du monde.
Soigne toi bien.
LéOn

10:52 PM  
Blogger Enzo said...

L'analyse poussée du message ci-dessus nous permet d'en savoiir un peu plus sur la psychologie du dindon.

Outre la peur paranoiaque et la haine contre tout ce qui peut menacer la routine de l'enclos, cette haine pathologique des dindons pour les spectres lupiens, les jars et les oies, on note plusieurs éléments : la volonté de déshumaniser l'adversaire, mais surtout de le rabaisser avec des arguments pseudo-scientifique, technique courante dans les milieux de gauche et chez les planétariens. La lâcheté aussi : le dindon parade dans l'enclos : "glouglouglou, il ne fait pas parler aux oies" mais il vient parler en cachette au jars dans son périmètre.
Le dindon aime aussi passer pour une gentille bête en manifestant une sorte de pitié aussi gluante que fausse. Fausse car il pontifie sans avoir lui le quart du commencement du début de sur quoi il s'exprime. Mais cela fait longtemps qu'on ne se fait plus avoir. Les crises de folies furieuses du dindon reviennent par période cyclique et cela fait pas mal de temps qu'on ne les a plus revus. Ils sont juste en train de préparer, d'endoctriner, de laver ce qui sert de cerveau, de fanatiser leurs petits gardes rougres de demain. Révolution Française, Commune, Révolution russe, révolution hongroise, guerre d'Espagne, Epuration, soviétisation de l'Europe de l'Est, Révolution cubain, Révolution culturelle, Révolution khmer rouge. Toujours la même technique de robotisation collective par incitation à la haine contre des "loups" imaginaires avec l'approbation des bonnes consciences qui ont TOUJOURS collaboré avec ce type de régime. Avant de retourner leur veste quand cela devenait intenable.

Le dindon est peureux et dangereux. Et dangereux parce qu'il est con.

11:17 PM  
Anonymous Anonymous said...

Faudrait nous dire ce que nous a apporté l'ancien regime,car mise a part de voir le catholicisme et l'islam même comme des bolchevismes de l'antiquité,je vois aucun argument!
Claudio!

4:34 AM  
Blogger Enzo said...

Bonne question... Il y a t-il un monarchiste dans la salle ?

4:45 AM  
Anonymous 91130 said...

Moi aussi je "persiste à être fasciste même si c'est baroque et fatiguant" et je respire mieux suite à la lecture de cet article (même si je suis purement laic donc pas Tradilandais-compatible).
Merci de continuer dans cette voie.

8:39 AM  
Blogger Enzo said...

91130 ? Mais c'est ma bonne vieille ville de Ris-Orangis ça ???

Sinon, on peuyt être Tradilandais "catégorie 2".

8:50 AM  
Blogger Enzo said...

NOTA BENE : LEON, SI TU VEUX UNE REPONSE, UTILISE MON MAIL

1:08 PM  
Anonymous Anonymous said...

ça te dit quelque chose ?

"Laisse Pitou en paix sur ce blog. Entre toi et autourdesmatins, c'est infernal ici... A côté de mon nom, il y a un lien vers mon blog. Si tu as des remarques à faire, tu cliques dessus et tu postes un message. S'IL N'EST PAS INJURIEUX, IL NE SERA PAS CENSURE... (car moi je ne censure personne, pas comme certain...)
(...)
Rédigé par: Enzo | le 19 août 2006 à 14:24"

LéOn

2:06 PM  
Blogger Enzo said...

Oui, c'est un message signé ENZO. Qui s'adresse à Enzo reçoit une réponse de Enzo. La version française d'Enzo (Henri) est acceptée.

Quand on parle à Brice Lalonde, on l'appelle Brice ou M.Lalonde et non Olivier Lévy...

2:14 PM  
Anonymous Anonymous said...

et ça :
"attaca
Météor spirituel
MessagePosté le: Ven Juin 02, 2006 13:44 Sujet du message: Répondre en citant
rooooooo il est vilain !!! lol lol lol

facile ça... j'ai pas pu m'exprimer, tous mes posts étaient censurés (et oui, je remettais l'existence de dieu en question voui surpris)

elle est donc là ta fierté ? tu baillonnes les gens et après tu te moquent d'eux sans crainte qu'ils te répondent ? je dis môssieur ! bravo "

Pas de censure ?
L.

2:24 PM  
Blogger Enzo said...

Le message date de juin or ce blog a commencé en août... Pas de chance.

Et entre parenthèse, un message comme ça, c'est du trollage. Et moi, les trolls, je supprime.

Quant aux "leçons de courage" d'un anonyme qui refuse de donner son adresse email tellement il a la pétoche, je crois que ça fera rire tout le monde.

2:29 PM  
Anonymous 91130 said...

Ecole Ordener
Rue des hortensias

Essonne terre occupée, tes fils fourbissent les armes.

"on n'attend pas l'avenir comme on attend un train.L'avenir on le fait"
G Bernanos

1:54 AM  
Blogger Enzo said...

Ben ça alors, c'est mon école, et je connais cette rue, oh que je la connais, c'est là où habitait mon meilleur copain !!! C'est toi mon vieux frère ? Souvenir du bon temps ça !

2:10 AM  
Anonymous Anonymous said...

Je dis à nouveau : me traiter de dindon tout en affirmant :
"la volonté de déshumaniser l'adversaire, mais surtout de le rabaisser avec des arguments pseudo-scientifique, technique courante dans les milieux de gauche et chez les planétariens"
est le signe :
1- d'une profonde confusion mentale
2- d'un auteur qui ne se relit pas
3- d'une solide mauvaise foi
Vos réponses seront à adresser à :
www.enzolefacho.biz

Courage, publions cela et affirmons notre supériorité.
LéOn qui vous salue bien

3:47 AM  
Blogger Enzo said...

LéOn vient de nous pruver plusieurs choses :

1 - Il ment, car toute personne ayant lu l'articmle montre qu'il y a là aucune "déshumanisation" puisque Sarkö et Le Pen sont représentés sous les traits de chiens et que les tradis sont représentés sous forme d'oies et de jars (moi-même je me dis jars dans le texte). Métaphore animalière prisée par La Fontaine

2 - LeOn est un lâche qui tremble de trouille derrière son clavier, inapable d'assumer ses propos et s'arrangeant pour que les autres prennent à sa place. Bref, l'archétype du pauvre type.

3 - LeOn se croit invulnérable en usurpant l'identité d'autrui sur d'autres forum, méthodes mesquines bien dans sa nature.

Bref, LeOn aurait été un bon petit délateur de Juifs en 1940 et un excellent adorateur de Pol Pot et Staline, ce qui sieds aux lâches et aux moutons de son espèce.

Voyez contre quoi on combat. Voyez leur vrai visage... Le jour où on aura mis hors d'état de nuire ces minables, le monde sera meilleur.

4:27 AM  
Anonymous 91130 said...

Pour tout les Léon: manganello et huile de ricin

Me ne frego!

"Ne touche à la tête de ton ennemi que pour la trancher"
Proverbe arabe

9:39 AM  
Blogger Enzo said...

Ca fait plaisir de voir que tu n'as pas changé depuis l'école primaire et le lycée. Quand je suis attaqué, tu viens toujours me prêter main forte. C'est ça les amis.

Au plaisir de te revoir bientôt, mon vieux frère.

9:46 AM  
Anonymous 91130 said...

La devise de Saint Tropez: "Ad usque Fidelis"

9:52 AM  
Anonymous 91130 said...

Pour Léon le Dindon:
"J'ai la justice et la liberté dans le sang. J'ai horreur du nazisme et du fascisme. Ce n'est pas le mot. Ils sont incompatibles avec mon air respirable. J'étouffe lorsque je les sens filtrer, sous toutes leurs formes. "(...) "Il n'y a pas plus nazi qu'un antinazi. Il n'y a pas plus fasciste qu'un antifasciste. Cela dépasse une vérité de raison, c'est une évidence sensuelle. Ils ont la même odeur, les mêmes aboiements, la même soif du sang de celui qui ne pense pas comme eux, la même haine de l'humour, la même joie à condamner sans jugement, la même stupidité. "
Albert Paraz (cf www.zentropa.info)

7:41 AM  
Blogger Enzo said...

Albert Paraz, c'est bien lui qui a écrit "le menuet du haricot" et "valsez saucisses" ? Quand on trouve des titres pareils, ça mérite d'être lu !

8:04 AM  
Anonymous grif said...

Excellent texte :-)

6:38 AM  
Anonymous Anonymous said...

Bizarre ce mec...

10:34 PM  
Anonymous Anonymous said...

Honte à vous: vous insultez votre religion, la religion de l'amour. C'est Jésus que vous salissez et piétinez en prônant la violence.

10:55 AM  
Blogger Enzo said...

Jésus disait aux douze Apôtres : « Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. (Evangile selon Saint Matthieu, Chapitre X, verset 34...)

11:55 AM  

Post a Comment

<< Home