Sunday, August 13, 2006

Tapage infernal (Editorial des Lettres Fersanes n°54 - septembre 2005)


Les paysans bretons en ont gros sur le chou-fleur et on les comprend. Le bilan du Technival de Carnoet a de quoi les indigner : leurs terres ont été réquisitionnées par la préfecture pour laisser libre cours aux libations de milliers de dégénérés ivres d’alcool et de came, dont les nuisances qu’ils provoquent sont inversement proportionnelles à leur utilité sociale. Voici le bilan de la « teuf » : Mathilde Croguennec, une jeune fille de 18 ans dont le patronyme laisse deviner une gamine du cru, a été retrouvée morte égorgée. 27 jeunes ont été hospitalisés soit pour des blessures au couteau, soit pour overdose. Les gendarmes ont été obligés de venir au secours de 401 personnes et 50 trafiquants de drogue ont été interpellés, sans parler des dégâts infligés aux propriétés privées. Il serait intéressant de faire une enquête poussée pour savoir à qui profite financièrement ces saturnales : quel est le profil de ceux qui approvisionnent les jeunes en drogue ? Qui finance la musique abrutissante qui y est matraquée et qui doit infliger des dommages irréversibles aux neurones de ceux qui les écoutent ? Qui loue les enceintes monstrueuses qui transforment les paisibles campagnes de Bretagne et d’ailleurs en antichambre de l’enfer ? Qui a intérêt à avoir une jeunesse française totalement avachie, abrutie, saoulée de musique tribale et débilitante, camée jusqu’aux yeux et imbibée d’alcool ? Poser la question, c’est donner la réponse. Et je crois que si on recoupait celle-ci avec celles de l’enquête précédemment souhaitée, je parierai qu’on y retrouverait une certaine similitude dans les noms. Le tout, dans ce dossier comme tant d’autres, in nomine protocolis.

1 Comments:

Anonymous Jézabel said...

Pour vous répondre Enzo, les free-party comme leur nom l'indique, sont libres et gratuites d'accès, les organisateurs ne remboursant (ou pas) leur investissement personnel que par des donations volontaires. La plupart des musiciens (oui, électronique, mais ça reste de la musique) sont indépendants, ou font partis de labels indépendants; le matériel de production et de sonorisation est propriété des organisateurs, fédérés en "sound system", financé sur leurs deniers propres. Il n'est en général pas loué. Voilà ce que défendent les acteurs des free party: la fête libre, qui ne profite à personne en profitant à chacun, sans grosse major, sans Sacem, sans intérêts financiers, simplement, le partage et la communion, autour d'une musique que vous avez le droit de ne pas aimer. Néanmoins, je vous invite à faire des recherches et des liens entre BPM (battement par minute) et fréquence du rythme cardiaque (cohérence cardiaque), vous seriez surpris des aspects bénéfiques sur l'organisme de certaines rythmiques. La drogue, oui. Mais pas si différemment que dans n'importe quelle boite de nuit huppée, soirée jet set, ou même rite initiatique chamanique tribal. Après, comme partout, il y a des "déviants", ceux qui abusent, ceux qui débordent. La came, on sait tous très bien à qui elle profite: des mafieux. Parfois bien plus haut placés qu'on ne veut nous le faire croire. Je fréquente et défend le mouvement des free party depuis 15 ans, même si je dois reconnaître que les choses ont beaucoup changé et se dégradent. Ce qui ne m'empêchent pas d'être une mère de 3 enfants, qui continue de faire des études, qui travaille, et ne vit pas des aides sociales. Quel dommage (pour vous) que votre vision des choses soit si caricaturale, et si étriquée...si réductrice. Mathilde, et son assassin, n'étaient d'ailleurs pas des habitués des free-party. L'Etat a tenté de légaliser ces soirées, car de toutes façons, depuis des décennies, elles ont lieu avec ou sans autorisation. Ils ont tenté de "cadrer" ces événements afin de les sécuriser. Mais les puristes fuient ce type d'organisation. Et prennent grand soin d'ailleurs de choisir des sites appropriés, qu'ils respectent profondément (distribution de sacs poubelles, ratissage des lieux après l'événement...)
Pour faire un parallèle qui vous parlera peut être, ce serait comme dire que tous les bloggeurs sont des asociaux dont la vie est si pauvre qu'ils n'ont comme seul exutoire de s'épancher sur le net, dans des logorrhées épistolaires, que peu de gens lisent, et que d'aucuns commentent... A bon entendeur, Paix et Ouverture d'esprit.

5:00 PM  

Post a Comment

<< Home